kinderzimmer

Présentation de l'éditeur: En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plus de quarante mille femmes. Sur ce lieu de destruction se trouve comme une anomalie, une impossibilité : la Kinderzimmer, une pièce dévolue aux nourrissons, un point de lumière dans les ténèbres. Dans cet effroyable présent une jeune femme survit, elle donne la vie, la perpétue malgré tout.
Un roman virtuose écrit dans un présent permanent, quand l’Histoire n’a pas encore eu lieu, et qui rend compte du poids de l’ignorance dans nos trajectoires individuelles.

**********

 KINDERZIMMER, de KINDER: enfant et ZIMMER: chambre. La chambre des enfants, dans le camp de femmes de Ravensbrück! Eh oui! des bébés sont nés à Ravensbrück, mais très peu en sont sortis.

Il y a MILA (Suzanne de son vrai prénom) le personnage principal de ce roman, toute jeune et innocente, parachutée dans ce camp, avec les autres de tous âges, de toutes nationalités:  Lisette, Teresa, Georgette et tant d'autres! Mais Mila est enceinte, elle n'a plus ses règles depuis 3 mois;  elle ignore tout de son propre corps déjà, alors un enfant? elle repousse l'idée de réussir à le mettre au monde, elle dissimule son état à ses tortionnaires de peur d'aller à l'infirmerie dont nulle ne ressort vivante!

C'est terrifiant, ça vous glace le sang, mais il y a autre chose de bien plus fort: la VIE avec la solidarité immense qui unissait ces femmes, LES PETITES VICTOIRES de chacune pour elles-même et pour leurs soeurs de malheur et L'ESPOIR qui les faisait tenir debout!

Je me dis que c'est un sacré défi pour un auteur d'écrire un roman sur ce sujet quand on n'a pas soi-même vécu l'horreur de cette période. Le style de Valentine Goby est tendu, incisif à coups de phrases courtes et sèches et alterne avec des passages lumineux et émouvants! Elle ne décrit pas, elle nous fait vivre de l'intérieur parmi ces femmes, quel exploit!

Un livre éprouvant, parfois insoutenable........ mais important et nécessaire!  (J'ai lu les livres de Primo Lévi, Geneviève de Gaulle Anthonioz, Jorge Semprun... Celui-ci est différent, il n'est pas témoignage mais il dit la déportation politique et les camps de femmes...)

 

(Editions Actes Sud - août 2013 - 222 p.)