COUP DE COEUR pour ce roman paru en janvier dernier.

Je serais passée à côté si un critique littéraire (venu au mois de juin dernier à la bibliothèque) ne m'en avait parlé! Merci infiniment...

Voici ce qu'il en dit:


"Ce troisième roman confirme la qualité d’écriture d’Erwan Larher. Choix du sujet, rythme, maîtrise des registres, sensibilité, sens des situations et des dialogues : on est d’emblée conquis par la richesse de la palette.Comme par un ton et un regard. Il y a de la fraîcheur dans cette littérature pourtant fortement lestée de tragique. Et un air assurément plus vif que dans tel livre poussif qui fait ces jours-ci l’actualité ..."(Jean-Claude Lebrun, chroniqueur littéraire à l'Humanité)

 

 

Larher

4ème de couverture: 

« Je te haïssais. Avec tes cheveux verts, sales, tu représentais tout ce que j'exécrais alors : le désordre, le mauvais goût, l'improductive et vaine révolte juvénile. Tu malmenais ta féminité dans des hardes trouées, des guenilles comme jetées au hasard sur ton corps. Si tu avais été ma soeur, papa t'aurait reniée. J'aurais voulu te voir traînée par les cheveux hors des salles, sous les injures, et rejetée au loin, loin de mon monde ; j'aurais souhaité te voir lavée à grande eau dans la cour et tes nippes brûlées dans un grand autodafé ; j'aurais aimé... Mais rien. Rien que tolérance démocratique et muette réprobation. J'enrageais. »

La suite ? Explosive. Entre la fille fantasque, rebelle, et le jeune garçon trop sage se noue une histoire d'amour dans laquelle celui-ci se jette à corps perdu, émerveillé.
Dans la France en pleine mutation du début des années 80, ou le fric, les paillettes et les faux- semblants remplacent peu à peu les idéaux, le narrateur découvrira – tragiquement – un tout autre visage de sa belle compagne...

 ♥♥♥♥♥♥♥

Années 80, Dijon (et la bourgeoisie dijonnaise) ville de province en pleine mutation politique et sociale (F. Miterrand au pouvoir...etc); ce contexte a toute son importance!

A la 1ère lecture: une histoire d'amour...........banal, me direz-vous? 

Un jeune homme ( "propre sur lui", bien "dans le moule") qui AIME, follement, éperdument  et une jeune fille marginale, mystérieuse et brillante!

Croyez-moi, cette histoire-là n'est pas banale! C'est une véritable déclaration d'amour, un magnifique hommage à la femme aimée! rien de gnan-gnan, loin de là!

C'est un roman en forme de long monologue bouleversant de fragilité, de lucidité, d'autodérision qui s'adresse à cette femme.........pour dire LE CHAOS!  Et cette phrase "il va bien falloir que j'en parle..." qui revient comme un leitmotiv? Que cache-t-elle? Le narrateur ne se résoud pas à dire LES MOTS et le lecteur se doute de quelquechose, sent monter la tension! Il lui  faudra attendre la seconde partie du roman...

Et puis surtout, c'est un CRI, un terrible cri! Je ne peux pas vous en dire plus; on ne peut imaginer...

Quel titre, aussi! mystérieux et qui dit tout en même temps!

Ce roman-là, il m'a marquée, je pourrais même dire bousculée ! de par la qualité d'écriture d'Erwan Lahrer et par son sujet. J'ai ressenti comme un souffle nouveau en lisant ce livre, quelque chose d'assez indéfinissable! Une langue percutante, moderne et sophistiquée à la fois pour une histoire d'amour originale avec pour toile de fond le tableau de toute une époque...

NE LE RATEZ PAS!

(j'ai l'impression d'avoir été un peu brouillon pour vous parler de ce roman...dommage!)

(Editions Plon - janvier 2013 - 240 p.)